AMAP d’Ahetze

Rencontre avec Alice Barralon, présidente et fondatrice de l’Amap d’Ahetze.

  • Qu’est qu’une AMAP?
  • L’engagement d’Alice Barralon.

Qu’est ce qu’une AMAP?

Le fonctionnement

Une AMAP naît en général de la rencontre d’un groupe de consommateurs et de paysans (ou artisans transformateurs) prêts à entrer dans la démarche. Ils établissent entre eux un contrat pour une (on distingue en général 2 saisons de production : printemps / été et automne / hiver), selon les modalités suivantes :

La diversité des produits:

Ensemble, ils définissent la diversité et la quantité de denrées à produire pour la saison. Ces denrées peuvent être aussi bien des fruits, des légumes, des oeufs, du fromage, de la viande
La diversité est très importante car elle permet aux partenaires de l’AMAP de consommer une grande variété d’aliments, d’étendre la durée de la saison, et de limiter les risques dus aux aléas climatiques et aux éventuels problèmes sanitaires.

Pendant la saison, et ce de manière périodique (ex. une fois par semaine), le paysan met les produits frais (ex. les fruits et légumes sont récoltés le matin même de la distribution) à disposition des partenaires, ce qui constitue leur panier. Le contenu de ce dernier dépend des produits arrivés à maturité. Il est possible, dans une certaine mesure, d’échanger les produits entre eux selon ses préférences.
Contrairement à la grande distribution, les consommateurs en AMAP accordent moins d’importance à la standardisation des aliments. Tout ce qui est produit est consommé (alors que dans l’autre cas, ce peut être jusqu’à 60 % de la récolte qui reste au champ). Ce principe est très valorisant pour le paysan. De plus il permet de diminuer le prix des denrées en reportant les coûts sur la totalité de la production.

Les méthodes de production:

Le groupe de consommateurs et le paysan se mettent également d’accord sur les méthodes agronomiques à employer. Ces dernières s’inspirent de la charte de l’agriculture paysanne et du cahier des charges de l’agriculture biologique . En effet, les participants à l’AMAP recherchent des aliments sains, produits dans le respect de l’Homme, de la biodiversité et du rythme de la Nature.
Ainsi les AMAP participent à la lutte contre les pollutions et les risques de l’agriculture industrielle et favorise une gestion responsable et partagée des biens communs.

Le prix du panier:

Derniers points de discussion préparatoire au lancement de l’AMAP : le prix du panier, le lieu et l’heure de la distribution périodique.

Le prix du panier est fixé de manière équitable. Donc il permet au paysan de couvrir ses frais de production et de dégager un revenu décent, tout en étant abordable par le consommateur.
Il est en général proche de celui d’un panier composé de la même manière en grande surface, tout en ayant une qualité nutritionnelle et gustative supérieure. Un tel prix est rendu possible du fait de l’absence de gâchis au niveau des produits, de l’absence d’intermédiaires entre le paysan et les consommateurs, et d’un emballage minimum voire absent.
Afin de permettre la participation de tous à l’AMAP, et notamment des consommateurs à faible revenu, différentes possibilités de règlement existent. Par exemple la mensualisation des encaissements des chèques ou la réduction du prix du panier en échange d’une aide à la distribution.
Donc en achetant leur part de production à l’avance, les consommateurs garantissent un revenu au paysan. L’AMAP participe ainsi au maintien d’une agriculture de proximité et à la gestion de la pression foncière.

Le mode de distribution:

Le lieu de distribution est la ferme elle-même, ou un point de chute situé en ville. L’horaire, enfin, est fixé de manière à convenir au plus grand nombre. Afin de permettre au paysan de se concentrer au mieux sur la qualité de son travail, un comité de bénévoles est formé parmi les consommateurs partenaires de l’AMAP. Il comprend en général un coordinateur, un trésorier, un responsable de la communication interne, un responsable animation et un coordinateur bénévole.

Les membres du comité sont renouvelables à chaque saison de production.

Grace à ce partenariat de proximité entre paysan et consommateurs, les AMAP favorisent le dialogue social entre ville et campagne. Elles facilitent la coexistence entre les loisirs de plein air et les activités productives, et l’usage multiple des espaces agricoles.

Les engagements des consommateurs

En adhérant à une AMAP, le consommateur prend les responsabilités suivantes :

  • S’engager en payant sa part de la récolte à l’avance, en comprenant que cela inclut le partage des risques et des bénéfices avec la ferme, pour la saison à venir.
  • Venir chercher son panier au jour et à l’heure dits. Prévenir s’il ne peut prendre son panier (retard, vacances, etc.). Convenir d’un arrangement selon les possibilités qui ont été définies au début de la saison.
  • Communiquer en toute franchise et liberté ses bonnes remarques, ses questions ou ses insatisfactions directement auprès de son paysan et du coordinateur. Ils pourront de ce fait examiner ensemble si des explications ou des améliorations sont possibles.
  • Partager ses idées et ses initiatives avec la ferme et les autres partenaires afin d’améliorer le fonctionnement du projet.

Les engagements des paysans

En devenant partenaire d’une AMAP, le paysan prend les responsabilités suivantes :

  • Produire une diversité de légumes et d’autres éléments, si possible, pour composer des paniers variés.
  • Livrer les produits au jour et à l’heure dits.
  • Aviser ses partenaires en cas de problèmes exceptionnels qui affecteraient la livraison ou toute activité : problème climatique grave, maladie, etc.
  • Être ouvert pour expliquer le travail de la ferme à ses partenaires.
  • Prendre en compte les remarques et les besoins de ses partenaires. Dans le cas où il ne peut satisfaire à une demande, en expliquer les raisons. Effectuer une évaluation à la fin de la saison. 

Pourquoi participer : paysans

Selon une source faisant la synthèse d’études et d’observations réalisées en Amérique de Nord, il ressort que les paysans participent à une CSA pour 2 raisons principales :

  • la sécurité financière procurée par l’achat à l’avance des produits par les consommateurs.
  • la valorisation sociale: travailler pour un groupe de personnes que le paysan connaît, et avec qui il peut échanger régulièrement et au delà de l’aspect commercial.

L’avis de Daniel Vuillon, premier paysan en AMAP

Pourquoi participer : consommateurs

Selon des sondages auprès des consommateurs en CSA, il ressort 2 raisons principales pour lesquelles ceux-ci y participent :
La santé et le bien-être. Je consomme des produits frais, de saison, bio , diversifiés. Je retrouve également un certain lien avec la nature et les produits d’antan.
Une action citoyenne. Je soutient directement un agriculteur local. De plus j’aide à développer les liens ville-campagne.
La raison économique (produits de qualité à un prix abordable) ne semble pas faire partie des raisons principales.

Une AMAP conviendra donc à un consommateur si ce dernier :

  • est conscient des relations entre alimentation et santé ;
  • a le souhait de renouer avec la nature (côté éducatif, pour les enfants notamment) ;
  • a le sentiment d’appartenir à un groupe et perçoit la ferme comme une seconde maison ;
  • peut accepter les contraintes de fonctionnement (engagement sur 6 mois ou 1 an, soir et heure de livraison fixes, produits choisis à l’avance).

Concernant le dernier point, et en particulier le fait de choisir les produits avant la saison mais pas pendant les distributions, plusieurs consommateurs nous ont confiés qu’ils voyaient en fait cela comme un avantage :
ils n’ont plus à réfléchir à leurs achats chaque semaine !
De plus, l’AMAP leurs permet parfois de découvrir agréablement de nouveaux produits.

L’AMAP au regard de la relocalisation de l’économie

Voici les avantages du développement des AMAP pour la société :

  • apprécier les bénéfices environnementaux d’une nourriture qui n’a pas parcouru des centaines de kilomètres, avec moins d’emballages, issus d’une agriculture bénéfique pour la biodiversité, protégeant les sols et l’eau, moins polluante et moins énergivore ;
  • rendre possible (ou favoriser) le retour des particularités alimentaires locales et régionales ;
  • améliorer l’économie locale par une augmentation des emplois (en 2002 pour les 17 AMAP provençales, 12 postes sont passés de saisonnier à permanent afin de pouvoir fournir de produits en quantité et diversité suffisante pour toute l’année), plus de processus locaux, de consommation locale, et circulation de l’argent dans la communauté ;
  • bénéficier de l’amélioration des liens sociaux, de la responsabilité sociale, du sens de la communauté et de la confiance.

Les avantages des AMAP peuvent aussi se regrouper selon les 3 axes :
écologiquement sain, socialement équitable, et économiquement viable.

Source : reseau-amap.org

 

L’engagement d’Alice Barralon. La présidente et fondatrice de l’Amap d’Ahetze repond à nos questions:

Zoom sur l’AMAP d’ahetze:

Pouvez-vous nous présenter l’association dans laquelle vous être investie. Quelle est son action ?

L’AMAP est née d’un besoin de rencontre entre des producteurs et des consommateurs sur la commune d’Ahetze en particulier.

La mission de l’AMAP est de soutenir une agriculture paysanne en facilitant :

  • pour le consommateur, l’achat de produits locaux (légumes, œufs, fromage, viande, miel, tisanes,…)
  • pour le producteur d’avoir de la visibilité sur l’organisation de sa production.

L’AMAP d’Ahetze s’est créé très rapidement. En 3 mois 70 familles étaient réunies autour de cette envie « de consommer local et raisonné». Quelques années plus tard, une 12ène de producteurs ont rejoint l’AMAP .

Une mission à long terme:

Quelle y est votre mission ?

J’ai choisi de m’engager dans cette cause car elle me paraît «juste» et humaine. L’alimentation et la santé sont des enjeux qui sont trop importants pour être confiés à des industriels ou à des spéculateurs boursiers.

Que ta nourriture soit ton médicament et que ton médicament soit dans ta nourriture – Hippocrate. Cette célèbre phrase de Hippocrate, des siècles avant Jésus Christ, est encore à jour et reste valable pour nous aujourd’hui.

A travers l’AMAP je milite pour une agriculture durable. Je soutiens des petites entreprises familiales qui font encore des produits de qualité, qui ont l’amour et la passion de leur travail, qui travaillent dur et qui sont à l’écoute du consommateur. Je suis partenaire, je participe aux aléas des intempéries, aux caprices de la nature, au constat affligeant de changement du climat.

Je soutien les producteurs locaux en fédérant des consommateurs qui souhaitent changer leur mode de consommation et être responsable de leurs actes.

Pourquoi s’engager dans le bénévolat social:

En plus de votre activité professionnelle, vous être engagée bénévolement dans une action sociale ou humanitaire. Comment conciliez-vous les deux ? Cela participe-t-il à votre équilibre ?

Alice Barralon présidente - AMAP d'Ahetze

Alice Barralon

Dans le cadre de mon activité professionnelle j’ai créé une société dans le numérique et l’innovation (ORIIONS). Je propose un accompagnement des entreprises dans leurs projets informatique (sites web, extranet, sites mobiles, communication sur les réseaux sociaux, etc.). Je mets donc mes compétences au service des entreprises locales.

À mon sens les deux activités sont complémentaires. J’ai vécu au Canada ou les étudiants passent obligatoirement par la case ‘volontariat’ avant de rentrer dans le monde professionnel. C’est une très belle expérience qui permet de donner de son temps et de faire de belles rencontres.

C’est important d’avoir des convictions, de les assumer et de les porter.

{google_map}64210 Ahetze, France{/google_map}

Les commentaires sont fermés