Natur’ And Sco., un plaisir autrement…

Natur’ And Sco., un plaisir autrement…

Rencontre avec Damien et Jennifer (et Shadow) de Natur’And Sco.

Pouvez vous vous présenter ?

Je m’appelle Jennifer Lemoine, j’ai 24 ans. Je suis issue d’une formation Commerciale, qui m’a très vite ennuyée. Du coup, je me suis réorientée dans l’animation depuis 6 ans. Et puis, ça a été très rapide, j’ai passé le BAFA, après de nombreuses expériences, parce que je faisais que ça toute l’année, on apprend vite d’être tout le temps sur le terrain, en Centres de Loisirs, périscolaire, colonie de vacances, classes découvertes. J’ai ensuite passé le BAFD pour être Directeur de Structure, ensuite Formateur BAFA, et aujourd’hui depuis 1 an et demi, depuis le 4 octobre 2014 que nous avons ouvert notre petite entreprise, Natur’AndSco.

C’est exactement pareil pour moi, sauf que moi ça fait un peu plus longtemps. Je m’appelle Damien Paris, j’ai 27 ans, j’ai commencé à l’âge de 18 ans avec ma première colonie de vacances, il y a 9 ans. Sinon, on a le même parcours scolaire, le même parcours d’études, on a même fait les mêmes boites à 2 ans d’intervalle avant de rencontrer Jennifer. J’ai vendu des sites internet, j’ai vendu des menuiseries, …. mais j’en avais marre de vendre et surtout de vendre quelque chose d’autre que mon produit à moi. Le projet est né quand on m’avait appelé pour faire une garde d’enfants et soutien scolaire. J’étais parti et j’avais fait 40 minutes de voiture pour le faire, et en revenant, je me suis dit, j’ai envie de monter quelque chose pour aider les enfants, pour leur montrer que rester à l’intérieur c’est pas forcément le meilleur truc, il faut partir dans les bois s’éclater… et les gamins ont adoré. C’est vraiment parti comme ça… J’en ai parlé à Jennifer et elle m’a dit « Carrément, vas-y ».

En quoi consiste votre activité ?

Alors, ce qu’on fait aujourd’hui. On créé, on gère, on coordonne, et on anime tout type de projet lié à l’enfant. Avec un slogan qui s’appelle «  Natur’AndSco, Un plaisir autrement ».

Jennifer : « On commence à se développer sur l’Adulte et les familles ».

Damien : « On peut créer, organiser une journée d’anniversaire pour les adultes, si la personne n’a pas forcément le temps de l’organiser pour son conjoint ou une personne qu’elle connaît. On aimerait développer aussi le côté intergénérationnel. Travailler pour les Comités d’Entreprises, arbres de Noël, séminaires… »

Au niveau de l’enfant, on travaille actuellement pour les temps d’activités périscolaires de la Commune d’Arcangues. On fait des anniversaires avec des animations pour les enfants. Soit on propose des grands jeux, des jeux, soit on créé des grands jeux en fonction des envies des gens. On est sur les mariages aussi. Là, c’est un service spécial où de 18h jusqu’à ce que les enfants soient couchés, on est avec les enfants pour les animer, et on ne fait pas que les garder dans une salle à s’embêter. On propose des surprises. »

Jennifer : « On gère la vie quotidienne aussi. Repas, couché, les retours au calme, vraiment en mode colo pour une soirée. Et c’est vraiment ça qui nous différencie d’autres animateurs qui sont peut-être juste là pour animer sur un court laps de temps de 3 heures, alors que nous on fait le boulot de la nounou qui est là pour la vie quotidienne, le coucher, les repas, plus l’animation, et c’est ça qui fait notre force sur ce service là. Le but aussi, là, on a commencé sur un séjour de 3 jours, mais ça serait de créer des séjours Natur’AndSco pour faire nos colos avec nos valeurs. Parce que la colo, ça reste notre passion. »

Pourquoi vous être installée ici, au pays basque ?

J’ai toujours rêvé de venir ici, parce que quand j’étais commercial, on m’avait déjà envoyé ici une fois, et j’avais adoré l’endroit. C’était vraiment énorme. C’est pour ça que je voulais venir ici, surtout que le « marché de l’enfant » n’est pas très développé au niveau des organismes… donc, on est venu ici.

naturandsco-anniversaireJennifer : « Et la région. Moi, je suis plutôt de la montagne, parce que je suis originaire d’Autriche, et du coup, ça fait un bon équilibre ici, l’Océan et la Montagne, avec la forêt, les bois… Il y a tout pour faire notre projet en fait. Parce qu’on est axé Nature, c’est plutôt revenir dans les valeurs simples de l’animation qui existaient avant, nos jours heureux, sans tous ces moyens de consommation, bowling, quarting, quad, motos… Parce qu’aujourd’hui quand on va en colonie de vacances, on est plutôt encadrants qu’animateurs en fait. Il n’y a que le dimanche, journée libre animateur, où là, on peut faire des grands jeux. Alors qu’avant, on était vraiment animateurs, et pas encadrants. Et c’est ça qu’on veut faire aujourd’hui. »

Damien : « La vieille animation, l’animation d’il y a 20 ans. »

Jennifer : « Tout en restant sur des activités natures. Si on fait du canoé, du kayak, mais ça reste sur la découverte de l’environnement, plutôt que du quad, du bowling…

Existe t il un label ou un agrément pour différencier votre activité ?

BAFA, BAFD (Brevet Aptitudes Fonction Directeur) reconnu par Jeunesse & Sports.

Quel est le projet qui vous a le plus intéressé dernièrement ? Pouvez-vous nous en parler?

Dernièrement, le séjour avec Arcangues. Parce que c’était un projet qui nous tenait vraiment à cœur.
On est arrivé ici il y a un an et demi, et on pensait que ça allait prendre plus de temps, et en fait, en Juin l’année dernière, on nous a déjà proposé de partir sur un projet de ce type, et en septembre, ils ont fait ce qu’ils avaient dit, et ils nous ont dit, « voilà, vous avez carte blanche pour nous organiser un séjour pour notre école, pour les 7-10 ans », et c’est ce qu’on a fait avec la Mairie d’Arcangues. Ça s’est super bien passé, on a eu de très bons retours, les enfants étaient ravis. Le fait pour nous d’avoir organisé ça en moins d’un an, pour nous c’était une grande réussite, de pouvoir rentrer dans une Mairie, et leur proposer un séjour en un an, c’était super. On était sur le terrain avec eux, il y avait 14 enfants, nous deux plus une Directrice Responsable du Centre de Loisirs d’Arcangues. Tout c’est très bien passé. Les enfants étaient très satisfaits. A refaire.

Quels conseils pratiques donneriez-vous à celles et ceux qui voudraient se lancer comme vous dans des activités auprès d'enfants ?

D’être patients. Et avoir beaucoup de bon sens. Les diplômes ça fait pas tout. On peut avoir le BAFA facilement, parce qu’on est formateur BAFA, et on voit qu’il y en a certains qui le donnent très facilement. Juste s’ils sont pas dangereux pour l’enfant, on va le donner, alors que derrière, ils ont pas forcément la pédagogie ou la réflexion qui va envers l’enfant.
Pour moi, c’est un métier comme la restauration ou des métiers où il faut être passionné, parce que sinon ça sert à rien de faire ce boulot.

Damien : « Si t’es pas passionné, t’es pas passionnant ! »

Jennifer : « C’est ça ! Il faut avoir beaucoup d’imagination, être sans cesse se remettre en question. Sans cesse, proposer de nouvelles choses, parce que ça va très vite, les idées.
Ensuite, faut être patient. Pas s’arrêter aux premières portes qui se ferment même si ça peut faire peur. Mais ça c’est pas que dans notre métier.
Pour l’enfant, il faut vraiment penser à la sécurité, se protéger, parce que ça peut aller très vite, on a des relations avec les parents, des personnes de l’Etat, avec les enfants, et avec des personnes extérieures qui peuvent venir aussi au Centre, il faut gérer tout un tas de personnes, et sécuriser par rapport à tout ça. »

Sous quel statut exercez-vous votre activité ?

Damien : « Auto entreprise actuellement avec intention d’ouvrir un organisme ou une société d’ici 2, 3 ans. En fonction du chiffre d’affaires qu’on peut atteindre. On a pas encore atteint le seuil de l’auto-entreprise, ensuite on verra.
Déjà gagner la confiance des gens.
Dans d’autres régions, je suis originaire de Montauban, les gens ne parlent pas et ne disent pas : « et j’ai rencontré une personne, il est vraiment top… » alors qu’ici, c’est impressionnant le bouche à oreilles comme il peut être très productif, ou dans l’autre sens… Donc, ici, le conseil, c’est d’être droit dans ses bottes, de faire du très bon boulot, et le pays basque te le rendra. C’est cette culture là, que j’apprécie ici, qui fait que je me sens bien et que j’ai envie de continuer. »

Pourquoi communiquer sur un WEB MAGAZINE sur l’économie locale et Durable, vous paraît important ? Qu’est-ce que ça vous apporte ?

Ça nous apporte une communication en plus et ça soutient un projet d’une personne d’ici. L’un dans l’autre, c’est valorisant pour nous et pour le projet.

Avez vous quelque chose à demander ou à proposer à nos lecteurs ? Ils auront vos coordonnés sur cette page pour entrer en contact directement.

On aimerait leur proposer notre confiance et qu’ils aient confiance en nous. Qu’ils nous appellent pour leur projet et qu’on en parlent 😉

{google_map} 64210 Ahetze, France{/google_map}

Un commentaire

Les commentaires sont fermés